Another happy mardi

Publié le par ketamine

Bon.

 

Il se pourrait que j'aie parlé trop vite. 

 

Mardi dernier (vous vous souvenez du mardi ?), rien à voir avec la journée de l'enfer, mais une belle journée de merde comme on les aime.

 

9h. Les 6e Jumanji n'ont jamais aussi bien porté leur nom, quoique j'ai envie de les renommer en 6e JMEFOUSDETAGUEULE. Une bande d'animaux sauvages pénètre dans la classe, retourne chaises et tables dans un brouhahas infernal, parle fort et sans arrêt, crie, hurle et se bat à coup de règles. Kévin punition, Kévin punition DEUX FOIS, KEVIN PUNITION ET HEURE DE COLLE, KEVIN EXCLUSION DE COURS. 

Jennifer, cette peste, passe l'heure à se foutre de ma gueule. 

 

- Jennifer, tais-toi s'il te plait.

- Hihihihi.

- Arrête ça, retourne-toi, et écris.

- Hihihi hahaha

- Ok, je ne m'occupe plus de toi, tu fais ton intéressante.

- MAIS C'EST PAS VRAI MAIS QUAND JE VOUS PARLE VOUS REPONDEZ PAS A MES QUESTIONS.

- Je... pff laisse tomber.

- HIHIHI HOHOHO

- RAAAAAAAAAAH MAIS....

- WECH VAS Y TA GUEULE JENNIFER T'ES TROP UNE BOLOSS 

- Kévin, s'il te plait...

- C'EST TOI LE BOLOSS VAS Y J'AI RIEN FAIT FERME TA BOUCHE

 

Bref. Du vieux. Du classique.

 

10h. 6e Tarzan. Moïse arrive avec 15 minutes de retard. Non accepté. Et paf. Un problème en moins.

 

11h. La 4e Shrek. Mon Dieu. Je suis sensée être prof principale de ces trucs là. Rien que d'y penser ça me fatigue. Le matin j'ai découvert trois rapports les concernant dans mon casier. 

- Kévin collé pour cause de trois devoirs non faits.

- Jennifer virée pour avoir jetée sa trousse sur la prof de Corps Humain.

- Kévin (un autre) exclu pour non-matériel, bavardages et interventions intempestives, refus de s'asseoir, refus de sortir un stylo, refus d'enlever son manteau, écouteurs sur les oreilles pendant le cours de bataille navale.

 

WELCOME BACK MADAME ERZEBETH.

 

Jennifer est parfois charmante, parfois insupportable. C'était un jour insupportable.

 

- Alors, on prend son cahier et on commence à écrire ça et ça et...

- ET SI ON VEUT PAS ECRIRE ?

- Tu n'as pas le choix, Jennifer.

- VAS-Y moi j'écris pas, là..

- Tu écris, c'est comme ça.

- J'arrive pas à lire.

- Tu passes devant à côté de Kévin.

- Non c'est bon...

 

...

 

- Tu as écrit ?

- OUAIS

- Montre-moi.

- NON MAIS J'AI PAS FINI EN FAIT VOUS LAISSEZ JAMAIS LE TEMPS AUSSI VAS-Y

 

...

 

- Bon et donc pour demain, vous me ferez le 1 et 2 p 35. Notez dans l'agenda, n°1 et 2 p 35.

- J'ai pas d'agenda moi.

- Le cahier de texte, quoi.

- J'ai pas.

- Mfff...PRENDS UNE FEUILLE ALORS.

- C'est sur le livre ? 

- Oui.

- J'ai pas.

 

MAIS AAAAAAAAH

 

Et pendant que je gère Jennifer (enfin que je m'en occupe quoi, pas que je "gère" comme "Monsieur Educator il gère quoi", bref, Kévin, petit être humain doué d'une intelligence normale mais parfois on en doute, a déchiré l'équivalent de 15684756 feuilles de papier, les a roulées en petites boulettes et les a jetées un peu partout dans la classe. Sur des gens. En visant (mal) la poubelle. En visant (mal, et heureusement) la fenêtre.

 

Puis à la fin de l'heure ils se sont tous enfuis, les sacripans. Et qui c'est qui a ramassé les boulettes de papier ? Hein ?

 


 

Allez, un indice. Ca commence par "E".

 


 

Et ça finit par "rzébeth".

 

 

12h, cantine. Ils m'ont saoulée. Je suis fatiguée. J'ai pas envie de parler.

 

La prof de macramé me tiens la jambe pendant tout le repas. Et blablabla Kévin. Et Blablabla Jennifer. Et blablabla t'as des nouvelles d'Educator. Et blablabla mon fiancé. Et blablabla le nouveau CPE. Et blablabla y a pas assz de feutres dans ma salle. (DEJA T'AS UNE SALLE, TOI). Et blablabla le nouveau prof de water-polo. Et blablabla mes copines de l'aqua-disco-dance.

 

12h30. Une demi-heure de blablabla plus tard, une migraine de fou, et une soudaine envie de pleurer. Vite, isolation d'urgence. Zut. Ca va pas. Zut. Merde. Vite faut se ressaisir. Merde. Je veux pas encore être arrêtée. C'est qu'un coup de fatigue, un tout petit coup de fatigue. JE VAIS BIEN.

 

 

 13h25. Salle 666, le calme me fait du bien. Le coup de fil que je viens de passer à Boyfriend aussi. Et le quart d'heure passé à somnoler la tête dans mes bras. Calme. Isolée. Apaisée. Mon maquillage est bousillé, le crayon noir et le mascara ont dégouliné le long de mes joues. On dirait un croisement entre the Crow et un panda.  Heureusement j'ai tout dans mon sac à main de Mary Poppins. Hop, miroir de poche. Hop, un coup de lingette démaquillante. Hop un coup de BB crème, MAGIQUE. Hop, un coup de crayon.

 

13h30. Sonnerie. Faut aller chercher les 5e Armageddon. Je me répète : ça va aller, ça va aller, ça va aller. 

 

En fait, bof. Dylan, le lanceur de carnets, a été chiant. Jennifer n'a fait que hurler. J'avais la migraine. Mais j'ai tenu. DEUX PUTAIN D'HEURES. Et après, de nouveau la 6e Tarzan, Moïse était fatigué, il a dormi sur la table. Mais il avait ses affaires. Ah oui et une fiche de suivi aussi, haha je comprends mieux. 

Une fiche de suivi c'est une feuille qu'on doit signer à chaque heure. Le CPE a négocié trois critères que l'élève doit respecter, genre être à l'heure, avoir ses affaires et faire ses devoirs. Si l'élève les respecte, on signe et on marque TS (Très Satisfaisant) partout. Sinon on peut écrire "satisfaisant", "insuffisant", "très insuffisant". En général ça dure une semaine ou deux, pendant lesquelles l'élève est impeccable. Puis, une fois la semaine passée, ça repart comme en 40. 

 

Kévin est excité. J'essaie depuis cinq minutes d'expliquer un exercice à Jennifer. Kévin est derrière et il parle, sans cesse. Je lui dis "Kévin, ferme-la un peu"

 

- OUAIS D'OU VOUS M'INSULTEZ LA ?

- Je t'ai pas insulté, je te dis de te taire.

- VAS-Y MOI J'AI RIEN FAIT ET TU ME DIS TA GUEULE COMME CA LA 

- J'ai pas dis Ta gueule, tu rêves.

- SI VAS-Y TU M'INSULTES MOI JE ME CASSE.

 

Pfff. Ils ont pris la confiance les 6e. Dès qu'on leur dit un truc maintenant, il s'excitent tous seuls. 

 

- Jennifer ?

- QUOI MAIS J'AI RIEN FAIT TOUJOURS VOUS M'ENGUEULEZ J'EN AI MARRE A LA FIN.

- Euh, non. C'était pour écrire la date.

 

Ouais, ce fut un mardi agité. Le soir crevée, énervée, déprimée, je me suis couchée à 18h45. Ah ouais, entre temps j'avais aussi perdu ma carte de transports dans le RER. Ou on me l'a volée, je sais pas. Trop chouette.

 

Enfin, finissons sur les paroles d'un grand homme : 

 

"Wesh ma gueule, y a une bête de go là-bas, vas-y moi j'la gère, j'prends son 06 et tout, t'as vu, la vie de ma mère j'la nique, propre"


(Hé camarade de classe, il y a une superbe fille là-bas, j'aimerais la séduire, lui demander son numéro de téléphone mobile, et avoir des relations sexuelles avec elle. Ca serait vraiment très sympathique.)

(Kévin, 12 ans, en 5e.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans école

Commenter cet article

BBK.mel 17/03/2012 13:17

Merci pour la traduction de cette pensée si profonde de Kévin. J'avoue que mon grand âge ne me permet plus de percuter convenablement à ce genre de saillie verbale.

ketamine 17/03/2012 16:47



Saillie c'est bien le mot. Enfin c'est ce que Kévin espère, j'ai cru comprendre.