Fin de semaine

Publié le par ketamine

Parce que ce n'est pas tous les jours l'enfer à Jurassic Park.

 

J'ai cinq classes cette année.

 

Deux sixièmes la Jumanji et la Tarzan.

Deux quatrièmes la Shrek (dont je suis prof principal) et la Wonderland (relativement sympa mais composée de quelques êtres étranges quand même, dont Kevin champion de France du lancer de chaise sur Jennifer)

Une cinquième, adaptée et spéciale, la Armageddon dans laquelle on trouve the famous Dylan entre autres.

 

La 6e Tarzan est une de mes préférées, bien qu'ils fassent en classe le bruit d'un parc zoologique un jour férié (cris d'animaux ET d'enfants lâchés en liberté), ils sont plutôt vifs, doués pour la langue et dotés d'une excellente mémoire des mots ou des sons.

 

Pourtant il faut quand même raconter comment ça peut se passer une heure avec la Tarzan. Ils sont gentils, hein, mais excessivement fatigants. Ce cours-là s'est déroulé jeudi, en dernière heure de l'après-midi. Une veille de weekend, car vendredi était férié.

 

Pour les non-habitués, tout ce que je dis est écrit en rose, ce que les élèves disent en bleu, vert ou violet, l'italique indique que les phrases sont dites en austro-hongrois.

 

15h30, deuxième étage. Je viens de finir un cours avec la 4e Shrek -les schizophrènes- (20 minutes très bien + 30 minutes de n'importe quoi mais quand même, 20 minutes de très bien, avec les Shrek ça compte !)

J'attends les Tarzan dans le couloir, c'est un joyeux bordel, comme à tous les inter-cours de l'après-midi. Imaginez : Une centaine d'élèves qui courent, hurlent, se tapent dessus, courent, hurlent...

Jennifer de 3e qui ne sait pas parler sans hurler passe près de moi. Aïe, j'ai perdu un tympan.

 

Les profs essaient de rameuter leurs troupes près des portes des salles, il n'y a pas UN SEUL surveillant. Entre les salles 666 et 667 je sépare une bagarre, un peu plus loin j'arrête du bras un élève qui court. Je me faufile comme je peux entre la horde d'élèves en furie pour atteindre la passerelle et faire signe à un éventuel surveillant qui se trouverait au premier étage ou au rez-de-chaussée. Personne.

Comme d'hab' ils sont « quelque part » et ont sûrement des « trucs à faire », ce qu'ils répondent à chaque fois qu'on leur demande où ils étaient à telle heure quand on a eu besoin d'eux.

 

Je récupère mes Tarzans, j'essaie de les faire mettre en rang mais ils se font bouculer et pousser par tous les joyeux fous du couloir qui font trois têtes de plus qu'eux, alors on entre.

 

S'installer : cinq minutes (le plan de classe qu'on utilise tous les jours depuis le 5 septembre n'est toujours pas rentré dans leur tête). Faire l'appel : cinq minutes (il faut sans cesse s'interrompre parce que ces messieurs-dames Tarzan préfèrent se raconter leur vie plutôt que de répondre à leur nom)

 

Ils arrivent au compte-goutte, comme d'habitude. Avec toujours une bonne excuse.

 

- Mais c'est parce que la grille elle était pas ouverte. (Oui parce que les surveillants ont du mal à être ponctuels aussi)

- Mais c'est parce que je suis passé trop tard à la cantine !

- Mais c'est parce que je trouvais plus la salle (au même endroit depuis le 5 septembre et inscrite sur l'emploi du temps dans ton carnet à la case « Jeudi 15h30 »)

 

14h40, ils sont à peu près tous là, même s'il doit bien manquer un Kevin convoqué chez le CPE et une Jennifer qui se fait les ongles dans les toilettes. Ils sont à peu près tranquilles, on fait une petite interro de vocabulaire mignonne pour se poser deux minutes avant d'attaquer à l'oral.

 

- Madame on commence ?

- Non tu connais la règle, c'est quand je dis « Prêt, feu, partez » que vous commencez.

- Madame ça veut dire quoi « nom» ?

- BAH TU METS TON NOM SPECE DE BOUFFON ! 

 

 

14H50 Ils ont fini l'interro, on attaque notre oral. La veille on a commencé une leçon sur les membres de la famille. J'aimante au tableau de petites images représentant une famille, père, mère, grand-mère etc. et on les répète à l'oral, tout se passe bien puis Kevin est interrogé

 

Kevin bute sur le mot « soeur ». Jordan se moque de lui.

Kevin : - OUAIS BEN CA VA HEIN TOI T'AS MÊME PAS DE MERE D'ABORD

Jordan : - D'OU TU PARLES DE MA MERE TOI SALE BATARD ?

 

Ah. Ca faisait longtemps. J'essaie de calmer le jeu, bon ça va les gars Kevin s'est trompé et tu ne devrais pas te moquer Jordan, ça peut t'arriver aussi, et vous allez pas vous disputer pour ça, allez on reprend. Je suis bien tenté de menacer d'une punition mais je sais trop bien que ça ne fait qu'empirer la situation à chaque fois.

 

Kevin ne lâche pas, Jordan non plus, toute la famille y passe, et ta mère et ta soeur, et ta cousine, et ta tante Yvonne...

 

- Ca y est vous avez fini ? Bon on continue. Alors Jennifer, répè...

 

ENORME BRUIT.

 

Un élève de la salle d'à côté vient de tomber DANS ma salle, il s'est balançé en arrière sur sa chaise et il est tombé sur la porte qui s'est ouverte. Le voilà les quatre fers en l'air dans ma salle. Tous les élèves, des deux classes se mettent à rire et à crier en même temps. Le prof de Triangle de la salle d'à côté se précipite pour s'excuser et ramasser l'élève un peu sonné à terre.

 

Cinq minutes passent, les Tarzan trop excités par ce petit spectacle inattendu n'ont pas arrêté de rire et à crier malgré mes gros yeux et la menace de punition si on ne se calmait pas.

Ils ne se calment pas et bien, vous voulez perdre du temps, on va le perdre en silence en copiant bêtement le dialogue et les mots de vocabulaire pendant dix minutes, et si vous êtes calmés on reprendra l'oral. Oui je sais c'est pas top pédagogo mais c'est le seul moyen de les faire se poser un peu.

 

Les 6e s'exécutent assez vite en général, les 4e c'est même pas la peine d'essayer...

 

J'ai le droit à une minute de silence, en hommage à mes tympans décédés après le passage de Jenny dans le couloir. Puis...

 

- Madaaaaame c'est vrai que vot' téléphone c'est un Ipomme 4 ?

- Kevin...

- C'est les 3e ils me l'ont dit qu'ils vous ont vu au bus téléphoner avec un Ipomme 4, pourquoi vous achetez pas l'Ipomme 4.2 ?

- Wouah c'est vrai un Ipomme 4 trop bieeeeen

- Kevin et Jennifer, copiez et taisez-vous maintenant, sinon vous aurez le double à copier ce soir à la maison.

 

Deuxième minute de silence.

 

ENORME BRUIT BIS.

 

Un DEUXIEME élève de la classe d'à côté vient de tomber et a ouvert la porte comme le premier. Celui-là l'a fait exprès pour se faire remarquer, c'est sûr.

 

Re-cris, re-rires, pfff j'arrivais à peine à les faire se calmer...

 

Au même moment, un élève dans le couloir ouvre la porte. Ca arrive sans arrêt, ils aiment bien ça à Jurassic Park, se balader et ouvrir les portes. De toute façon ils se feront pas gronder, il n'y a pas de surveillant.

 

L'élève qui ouvre la porte, 

 

soit il part en courant,

 

soit « Oh excusez moi » (ouais c'est ça ça fait trois fois depuis ce matin que tu ouvres et que tu sais que tu n'as pas cours ici...)

 

soit « hey Kevin, bien ou bien mon frère ? » (Tu veux pas entrer lui faire la bise non plus ?)

 

Là en l'occurence, il est parti en courant. J'irais pas lui courir après, je l'ai fait quatre fois depuis ce matin.

 

On reprend la copie, mais ça devient dur, trop d'éléments extérieurs sont venus perturber le cours.

Dans la cour, une des femmes de ménage "parle" à une autre, un peu trop fort...

« BON WEEKEND HEIN, JE T'APPELLE DEMAIN, OUAIS C'EST CA A PLUS TARD »

 

La classe éclate de rire. Et crie. Ils savent pas ne pas crier.

 

Surveillant mignon entre faire l'appel, toute la classe lui lance un « Bonjour! » .

- Oh ben qu'ils sont gentils aujourd'hui

- Mouais, c'est ça...

 

Gentils ? Ben voyons, ils sont fourbes et schizophrènes oui ! Il y a une minute ils étaient tous en train d'hurler.

Un jour, j'écrirais sur la double voire triple, quadruple personnalité d'un élève de collège, c'est très intéressant.

 

Bon allez, on a fait sept minutes de copie, on arrête là on a une leçon à finir et il est déjà 15h.

 

15h: Les sept minutes de copie n'ont pas été très efficaces, parfois ça l'est, parfois non, les Tarzan ont franchement envie de se raconter des trucs plus funs et bon hein c'est la dernière heure alors ils vont pas faire beaucoup d'efforts non plus. Ils interviennent tout le temps pour des trucs inutiles.

 

-Madame j'ai chaud je peux ouvrir ?

- Oui, vas-y.

- AH NON HEIN VAS Y OUVRE PAS !

- MAIS ELLE A DIT JE PEUX

ouvert, fermé, ouvert, fermé, ouvert, ça dure, stop les mômes on ferme et pis c'est tout.

 

- Allez, on prend son cahier et on note, on n'oublie pas la date et le vocabulaire en rouge.

- Madame ?

- Oui Kevin ?

- Le vocabulaire on le fait en rouge ?

- Grmbbllm

- Madame ?

- Quoi ENCORE Jennifer ?

- Pourquoi y a des profs des fois ils disent ils font des choses et ils les font pas ?

 

Jenny, one point.

 

Sauf que c'est typiquement le genre de questions hors-sujets qu'ils peuvent poser. Souvenez-vous de la fameuse « Madame on peut être enceinte quand on suce ? ». C'est drôle raconté comme ça sauf que quand ça arrive dix fois par heure, cinq ou six heures par jour c'est franchement saoulant. J'ai déja eu le droit à : 

 

- Pourquoi une marmotte et un castor c'est pas pareil ?

- J'ai remarqué y a des gens ils sont petits et d'autres ils sont grands, pourquoi ?

- Pourquoi les gens ils ont tué Kadhafi ?

- Ayem de Secret Story elle a les seins refaits, non ?

- Vous avez jamais pensé à vous teindre les cheveux en blond ? Ou en bleu ?

- Vous l'avez acheté où votre jean / montre / sac ?

 

Et ça par exemple c'est un truc que je n'avais pas prévu quand j'ai débuté, et j'ai été vite prise de cours, parce qu'au début je répondais aux questions. Ahah, ne JAMAIS répondre à une question hors-sujet ! Parce que ça en engendre vite une autre, puis une autre, puis une autre, et jamais on arrive à les faire revenir à notre cours passionnant sur l'extermination des indigènes Prussiens au XIXe siècle.

 

Continuons avec le hors-sujet :

 

- Madame ? 

- …

- MADAAAAME ? (Si on ne répond pas, Kevin insiste...)

- Quoi ?

- On peut faire un contrôle ?

- Gnié…. ?

 

Ils sont bizarre des fois...

 

ENORME BRUIT TER

 

Ah cette fois-ci c'est dans ma classe que Kevin-crétin s'est balancé et est tombé.

 

Re-re-cris.

Re-re-rires.

 

Pfff je fatigue.

 

15h15 : Les élèves ont enfin tous compris dans quelle partie de quel cahier en quelle couleur il fallait écrire. Le silence revient doucement dans la classe.

 

-Madame ?

- Tais-toi et écris Jordan.

- Un jour bah je suis allé à Disneyland et... (typiquement 6e, le racontage de life hors-sujet)

- AAAAH CA PUE ! Asterix c'est mieux ! (typiquement toutes les classes, tout « pue », et ce que j'ai fait et forcément mieux que ce que toi t'as fait)

- JURE C'EST LAID ASTERIX, PROPRE ! (« propre » est une expression que j'ai entendu pour la première fois dans les terres du Neuf-Trois qui ponctue la fin d'une phrase pour exprimer le contentement de l'élocuteur. Dans certains cas ça pourrait être traduit par « Cool » ou bien « c'est génial », ici je ne sais pas trop ce que ça signifie)

- La tête de ma mère, c'est bien.

- VOS GUEUUUULES !

Petite-Jenny-mignonne-élève-modèle-et-parfaite vient de s'énerver. « Y m'saoulent madame ! »

 

Carnets récupérés de Jenny, Kevin et Jordan, on va quand même prévenir les familles et le prof principal de leur gentilles discussionset de leurs jolis mots. J'en ai un peu assez des "bouffons" "boloss" et autres "batards" toute la journée en plein cours. C'est triste hein, mais rares sont lles fois où aucun de ces mots ne se fait entendre en classe. Ces mômes ont des codes que j'ai du mal à comprendre. Il n'arrivent pas à se parler « normalement ». Jamais. Même lorsqu'ils ne se disputent pas.

 

L'élève de Jurassic Park ne dit pas «est-ce que tu peux me donner une feuille s'il te plait » mais « donne moi une feuille, fais pas le crevard »

Il ne dit pas « Bon, tu peux te taire maintenant, j'aimerais bien écouter » mais « vas-y ferme ta gueule gros bouffon »

Il ne dit pas « Peux tu avancer ta table parce que je n'ai pas trop de place pour mes jambes ? » mais... rien et balance un gros coup de pied dans la chaise du mec de devant pour qu'il décale son bureau.

 

15h25 :

 

-Madame, on peut faire un jeu ?

- Euh... Vous avez fini d'écrire ?

- OUIIIII

 

Bon, il reste 5 minutes et de toute façon, au point où on en est aujourd'hui on arrivera à rien de mieux.

 

- Alors on fait le Jacques a dit austro-hongrois OK ?

- WOUAAAAIS

- Alors, Jacques a dit ... Levez-vous

 

Brouhaha, deux chaises par terre, un « bah lève-toi spèce de boloss », jenny dans la lune a oublié de se lever.

- AAAAAH T'AS PERDU T'AS PERDUUUU !

 

PAS UNE BONNE IDEE LE JACQUES A DIT, PAS UNE BONNE IDEE DU TOUT

 

- Si vous criez on arrête tout de suite. C'est moi qui arbitre et c'est moi qui dit si les gens ont perdu ou pas, Ok? Jacques a dit asseyez-vous. Jacques a dit regardez le tableau. Jacques a dit regardez la porte. Regardez la fenêtre.

 

Dix élèves se plantent. Les autres hurlent.

- AAAAAH Z'ETES MAUVAIS, MAUVAIS !

- Bon vous avez crié, on arrête.

- OOOOH NON ALLEZ ALLEZ MADAAAAMEUH

 

C'est pire quand on arrête en fait....

- Ca va sonner de toute façon.

 

Driiiiing

 

(oh joli timing chère Erzébeth)

 

Gros fracas de tables et chaises, troupeau qui se jette vers la sortie

- HEY NON ATTENDEZ POUR SOR...tir.

 

Non en fait, allez-y, moi je m'assois...

 

 

 

 

      et sinon, un des mes followers twitter m'a envoyé ça : link  :D

Publié dans école

Commenter cet article

maga 23/03/2012 20:35

super article, et excellent le lien twitter