La formation IUFM, parlons-en. (2/2)

Publié le par ketamine


La formation générale c'était, comment dire ça gentiment...Nul.

 

Le premier jour tous les stagiaires réunis dans un grand amphi, toutes matières confondues, collège, lycée général, technologique et professionnel confondu aussi, oh yeah le gros bordel, j'adore ça. Je me tourne toutes les dix secondes pour voir à quoi ressemble mes collègues, c'est mélangé, c'est jeune, c'est mi-vieux, c'est sérieux, c'est bien habillé, c'est ringard, c'est baba-cool... 

 

Puis y a des garçons. Ca manque un peu en austro-hongrois les garçons, mais là yen a plein l'amphi qui enseignent plein de matières bizarres comme la bataille navale, les triangles-et-additions, l'informatique-en-menuiserie, les tôles-en-métal... Ca m'occupera si je n'ai rien à faire. 


La plupart ont compris qu'ils allaient perdre leur temps ici, et ont déja amené du boulot, copies, cours, manuels de collège, bouquins, mangas et BDs. Le premier jour, j'ai encore un peu d'espoir, alors j'essaie de rester concentrée, malgré tous les garçons qui m'entourent.

 

La Grand -Messe commence, la présentation est longue, chiante, je connais deja l'IUFM parce que je viens d'y faire un an, mais c'est pas le cas de tout le monde, beaucoup n'ont pas fait la première année (la chance...) et d'autres arrivent d'autres académies, pace qu'à l'IUFM de Saint-Glinglin-de-la-Bretagne les places sont réduites. Je suis assise à côté d'une fille qui vient de Saint-Glinglin parce que la bas y a pas de formation en Yougoslave, et qui depuis qu'elle est arrivée dans cet amphi n'a pas arrêté de se plaindre de Petite-Ville-de-Province, qu'c'est nul, qu'c'est pourri, qui fait pas beau, qu'les gens sont pas sympas, qu'il y a rien à faire. AH NON HEIN. Petite-Ville-de-Province à l'époque c'est ma ville d'adoption depuis un an, j'y suis bien, c'est joli, les gens sont sympas. Je ne supporte pas qu'on en dise du mal, avec tout le bien que ça m'a fait à moi de quitter Petite-Ville-du-Sud où habitent les instances parentales (qui certes est très jolie mais dans laquelle j'étouffais.)

      Je n'essaie pas de convaincre la fille, bah si t'aimes pas casse-toi, ça fera plus de postes sur l'académie pour les autres.

 

Et voila M. le Directeur, et M. l'Adjoint, et les secrétaires, et les documentalistes, et le chef-chef formateur, et tandis que revoila la sous-préfète, ils tentent l'intimidation en nous présentant le super-matos de super-IUFM à grand coup de PowerPoint dans ta face. (C'est là que j'ai appris pour les salles infos et les 5 mecs payés à les gérer). Oh et puis on nous promet la visite de ce mec là que je ne connais pas encore à l'époque (comment ai-je pu vivre sans ?) mais qui est devenu mon idole depuis.

Fin de la présentation de l'Iufmeuh, on nous présente la formation. Alors on va faire 5 groupes, tous mélangés, chaque groupe d'une trentaine de personnes sera avec un formateur à l'année, et des intervenants viendront vous raconter des trucs passionants. Vous connaitrez vos groupes pour le premiers cours la semaine prochaine. Voila. Merci. Au revoir.

 

Bon. Ca a pas l'air excitant comme ça, mais sur le coup je me dis que peut-être les intervenants vont être passionants et avec un peu de chance je tombe sur un excellent formateur.

 

Une semaine plus tard, c'est le grand jour. On commence à 9h, je suis à l'IUFM à 8h20, fidèle à mes habitudes d'éternelle stressée du retard. Je rencontre pour la première fois l'Homme-aux-cafés, le type qui sert les cafés à la cafet' de l'IUFM, qui deviendra plus tard mon ami, à l'époque où j'en buvais six litres par jours. Puis je cherche un panneau, une affiche, un secrétariat, quelque chose qui me dirait dans quel groupe et quelle salle je suis. Je parcoure l'IUFM en long et en large, je ne trouve rien. Je me rend au département d'Austro-hongrois, ils ne savent rien, à l'accueil ils ne savent rien, nulle part. A 8h55 j'ai toujours pas de groupe et de salle, et je commence à stresser c'est à dire à m'énerver et à pester contre toute cette organisation pourrie. 


A 9h je croise une petite femme qui me dit que j'ai l'air stressée et me demande si je cherche quelquechose DANS QUEL GROUPE JE SUIS S'IL VOUS PLAIT, elle m'emmene au secrétariat, j'y suis passée JE SAIS, mais j'ai pas regardé les bons panneaux, me dit que je suis en salle A 202, rez-de-chaussée, tout au bout du couloir, mais dans le batiment A ici vous êtes dans le batiment E 4e étage. Il est 9h05, il me faut au moins 5 minutes pour rejoindre la salle. Je suis plus que stressée donc plus qu'énervée.

 

Je frappe à la porte, j'entre, je suis dans une salle pleine d'étudiants qui me regardent avec de grands yeux, et une petite dame blonde me dis "Bonj..."

- OUI JE SAIS JE SUIS EN RETARD MAIS C'EST PAS DE MA FAUTE C'EST CETTE ORGANISATION POURRIE ON Y COMPREND RIEN ET J'ETAIS LA SUPER TOT MAIS J AI MIS TROIS HEURES POUR TROUVER LA SALLE SERIEUX CA FAIT CHIER MERDE QUOI

Tout en traversant la salle de manière très théatrale, en déplaçant les tables dans un grand fracas pour pouvoir passer, et en lançant mon sac par terre dans un geste de mauvaise humeur sous les yeux médusés des autres étudiants. C'est qui cette dingue en collants résilles et bracelets à clous qui nous fait son cirque là ?

 

- Bonjour, tu t'appelles comment ? et tu fais quelle matière ?

- ERZEBETH, EN AUSTRO-HONGROIS, hum désolée hein, mais ça m'a trop énervée.

- C'est pas grave tu sais, c'est le premier jour, tout n'est pas bien réglé, je suis sûre que d'autres vont encore arriver. 

 

Je me sens honteuse, cette femme est gentille. Et les autres me font des sourires un peu gênés, ils ont l'air gentils aussi. Ok ma belle, tu viens de faire un cirque pas possible pour pas grand chose, tu es fichée à vie dans cet IUFM. Bon, plus tard, on a rigolé ensemble de mon entrée théatrale du premier jour.

Nous ne sommes que 2 ou 3 d'Austro-Hongrois, le tour de table me permet de connaitre mieux mes petits camarades, il y a de tout, du littéraire, du scientifique, du professionnel, je découvre des matières comme la Tôle-en-métal et l'Economie-du-monde-du-boulot. Je repère les premières grosses personnalités, ceux qui parlent le plus ou le plus fort, comme par exemple ce prof de Potions qui a mon âge pourtant mais qui a l'air totalement détendu et parle avec une grosse voix qui rassure, cette prof hystérique qui déteste ses élèves et qui enseigne, en lycée pro, un truc qui me parle pas genre Droit-éco, ce joli prof de PC qui a l'air d'être un peu plus vieux et qui me fait des sourires depuis que je suis entrée (et qui deviendra un copain de la formation du vendredi), ou la prof de Corps Humain Eglantine-like ringarde avec son serre-tête. Je repère aussi tous les invisibles, ceux qui ne font pas de bruit et n'en feront pas de l'année. Des petites profs d'Indochinois, toutes les mêmes, très jeunes, bien habillées, bien maquillées, et très discrètes. 

 

La formatrice est prof de bouquins dans un chouette lycée du coin, gentille mais du genre qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, pas très convaincue par la formation elle-même mais elle va faire de son mieux. Elle idéalise un peu (trop à mon goût) les élèves mais a l'air d'avoir les pieds sur terre. Elle a surtout un avis bien tranché sur l'administration et les inspecteurs, et j'aime ça. Sauf que bon, j'ai aimé la formatrice, beaucoup moins le contenu...


Alors aujourd'hui on va se demander ce que c'est la déontologie. J'écris le mot au tableau et on fait un brainstorming. Ensuite je vous lis ce qu'il y a écrit dans les trucs officiels. Ensuite on met en pratique avec un QCM. 

 

Question 1 :

Je rencontre un élève majeur en boite de nuit, je peux le draguer et coucher avec ? 

réponse A : Oui

réponse B : non

 

Question 2 :

Je sais qu'un de mes élèves est tabassé par ses copains au collèges, je dois :

réponse A : Encourager les copains en leur filant des pots de vins, parce que de toute façon il le mérite

réponse B : Discuter avec l'élève, en parler à l'assistante sociale et aux parents

réponse C : Convoquer l'élèves, lui donner des cours de Boxe Thaï pour qu'il casse la gueule à ces sales cons

 

Question 3 :

Kevin aime le métal et commence à s'habiller en noir, je :

réponse A : Lui fournis les chats pour les sacrifices rituels

réponse B : L'exclu de mes cours en criant "VADE RETRO SATANAS !"

réponse C : ne m'inquiète pas trop pour cet élève, mais reste attentif toutefois en cas d'éventuelles déviances.

 

C'est de ce niveau là, vraiment.

 

Ma séance préférée a été celle sur l'évaluation. On nous donne des feuilles de couleur, et on nous demande de fabriquer une enveloppe avec. Une fois l'enveloppe faite, on forme trois ou quatre groupes et on évalue par groupe le travail des autres. On a établi des critères, un barème et on note une par une les enveloppes. Puis un autre groupe d'enveloppes, puis un autre. A la fin on met en commun les notes, et on se rend compte qu'on a pas noté pareil, ni sur les mêmes critères.

 

Et ... ?

 

C'est tout. Rien. On s'est rendu compte que c'était difficile d'évaluer. Oh ben ça alors. Mais on a rien fait pour trouver une solution. On n'a pas réfléchi à d'éventuels critères à mettre en avant. On n'a pas eu de conseils de la formatrice pour une évaluation plus objective. On a fait des travaux manuels, c'était cool. Voilà il est midi, merci, bonne journée. 

 

Parmi les intervenants, un seul m'a marqué, un CPE qui bossaient dans un lycée pro. Genre beau gosse rugbyman, charismatique, grosse voix, sale caractère, mais très pro et plutôt rassurant, il a déploré le manque de communication entre profs et Vie Scolaire, et quand j'y repense il nous avait conseillé de se faire potes avec les CPE pour pouvoir mieux bosser avec eux. Pourtant je ne suis devenue pote avec Educator que par une pure coincidence ! 

 

Certains jours on faisait des débriefings "Analyse de bilans", un genre de réunions des Alcooliques Anonymes, Bonjour je m'appelle Erzébeth. Je suis prof depuis trois mois, je tiens le coup, mais parfois c'est difficile, l'autre jour Kevin m'a dit d'aller "niquer ma race", et j'ai failli craquer à nouveau.

Manquait que le café et les badges "prof depuis 90 jours !".


Ces séances m'ont valu les plus gros fous rire de ma vie, quand prof de lycée pro éco-droit racontait comment elle avait exclu un élève parce qu'il avait un jean troué, et moi de lui rétorquer "bah dis donc, j'aurais pas fait beaucoup de lycée si on m'avait exclue pour ça à chaque fois". Et prof de Corps humain qui racontait sa vie "bah moi alors un matin j'étais en retard parce que j'avais perdu mon serre-tête, et bon je vais pas travailler sans mon serre-tête vous voyez, et donc à la place j'ai mis le bandeau en macramé que m'a fait ma mamie, et bon ensuite je suis tombée en panne avec ma voiture et mon téléphone n'avait plus de batterie alors j'ai pas pu appeler le collège, et  [...] et donc quand je suis arrivée, il était 8h 45 et les élèves ont refusé de monter en cours sous prétexte que ça sonnait dans 5 minutes, non mais VOUS VOUS RENDEZ COMPTE HEIN, ils ont refusé ! Alors on est montés et pour les punir je leur ai mis une INTERRO !"


C'était pourtant rassurant et ça faisait un bien fou de pouvoir parler entre nous, d'entendre que les autres aussi étaient en galère, et de pouvoir juste balancer tout ce qu'on avait sur le coeur à la fin de la semaine, toutes les tensions qu'on avait accumulées en classe. S'il y a une chose que je ne reprocherait pas à la formation, c'est cette possibilité de pouvoir discuter et prendre du recul pendant l'année de stage. Parce que même si j'étais dans un minuscule collège avec des élèves bisounours, je me suis beaucoup pris la tête, trop même, pendant un an et je n'ai pas très bien vécu ma première année. 

 

Et puis le meilleur pour la fin, les cours de TENUE DE CLASSE. En amphi, tous les stagiaires réunis comme au premier jour. Je ne vois pas la fille qui n'aime pas Petite-Ville-de-Province, elle a du partir.

Le premier était pas si mal, un mec (dont j'ai malheureusement oublié le nom) qui bosse dans le Neuf-Trois vient nous parler, vidéos tournées en classe à l'appui, et nous donner quelques conseils bien avisés, le tout présenté de manière très scientifique : La situation - Les éléments extérieurs - les éléments imprévus - la tentative - le résultat.. Ses vidéos montraient des profils de profs très différents : Celle qui négocie, celle qui lâche rien, celui qui entre et qui fait bosser très vite et garde un rythme de fou, celui qui délègue les tâches, celle qui ne le fait pas parce qu'elle n'a pas confiance, celle qui est là depuis 8 ans et qui calme tout le monde d'un seul regard.

C'était pas franchement rassurant (parce que c'est notre première découverte des élèves de ZEP ++) mais relativement interessant. Comme tout, on ne peut rien prendre de tout prêt pour l'appliquer pouf-pouf en classe et ça marche, mais ces cours ont eu au moins pour effet de me rassurer, de me dire "oui c'est possible", mais après combien de temps et au prix de quelle énergie ? Après c'est sûr,  c'est pas avec ça qu'on est "préparés" pour enseigner en ZEP ++.

 

Et puis Ze Best of Ze Best. La conférence de Monsieur C. (le mec de la vidéo que je vous ai donné en début d'article) un grand moment de bonheur. J'ai découvert Monsieur C. non pas à l'IUFM mais sur une chaine de télé familiale et plus connue pour ses émissions de relooking et d'agriculteurs qui cherchent l'amour que pour ses programmes intellectuels. Monsieur C est présenté à la télé comme celui qui aurait la méthode révolutionnaire pour aider les profs à tenir leur classe. Je suis jeune, inexpérimentée, mais quand même pas très convaincue par ce qu'il est en train de raconter : 


Il se prépare tous les soirs en faisant son cours face à une caméra, cela lui permet de corriger le défauts dans son attitude. "Ah vous voyez là je me suis penché, c'est un signe de faiblesse, il ne faut pas l'élève va le ressentir" "Ah là, à ce moment là j'ai tourné le dos, j'essaie de le faire le moins possible et de rester face à la classe" Tout n'est qu'une accumulation de lieux communs et de trucs improbables. Comme la fameuse méthode des DEUX DOIGTS SUR LA TABLE que le monde entier nous envie ! Si vous êtes profs et que vous ne connaissez pas la méthode des deux doigts sur la table, mais qu'est ce que vous foutez encore dans l'éducation nationale, sérieux ? 

Je vois ça a la télé, je me dis "C'est quoi ce guignol ?" et j'oublie.

 

Sauf que quelques semaines plus tard, Monsieur Guignol est là, dans mon IUFM et va nous parler. Ah merde. C'est que c'est un vra prof ce type-là, et il est formateur. IUFM ta crédibilité dans mon esprit vient de passer d'environ 6/10 à 0/10. D'un coup. Grâce à l'intervention de Monsieur C.

Ah Monsieur C., que serais-je devenue sans ces deux heures passées à tes côtés ? 

Deux heures de trucs évidents ou improbables (en gras les plus WTF que j'ai trouvé) :


Entretenir le respect et la rigueur par le vouvoiement

 

Travailler son expression scénique (le truc où il se filme là) (moi je veux bien mais que si c'est avec Raphaelle Ricci) parce que l'élève est un "spectateur-consommateur des prestations de l'enseignant".

 

Enlever tout ce qui pourrait détourner l'attention des élèves (ma montre rose fluo ?? JAMAIS !)

 

Rétablir les notes de conduites et faire un carré sur le tableau dans lequel on note le nom des élèves turbulents qui seront punis si leur nom reste dans le carré toute l'heure.

 

Faire un plan de classe pour éviter les interactions entre élèves (GENRE nous pauvre profs débutants sommes trop cons pour y penser, puis pffouu v'la l'éfficacité du plan de classe, Jennifer ne parle plus elle HURLE pour parler à Kevin situé à l'autre bout de la classe maintenant.) 

 

Ranger son bureau (????) 

 

Motiver les élèves en utilisant des supports qu'ils aiment et utiliser leurs univers (non sans dec ?) 

 

Optimiser les échanges de manière positive : se mettre à genoux pour parler à un élève et créer la suprise, utiliser des phrases positives "je sais que vous avez été bien éduqué" pour reprendre le contrôle dans une situation difficile

 

Dormir régulièrement


Faire 15 minutes de yoga par jour

 

Faire un petit déjeuner équilibré et vitaminé (avec description du petit dej en question et surtout : thé à la place du café parce que ça fait effet plus longtemps et ça a moins d'impact sur le coeur)

 

ET LE BEST DU BEST DU BEST :

 

DIRE BONJOUR A UN ELEVE QUAND IL ENTRE EN CLASSE

 

Bah avec ça, on est bien pour le Neuf-Trois nous... Non sérieux, deux heures de ça, j'en pouvait plus de me dire "ptain, mais c'est ça tes conseils ?". Ce type au charisme de poulet mort est passé pour le plus gros bouffon de la Terre ce jour là, à en juger par les sourires moqueurs et les soupirs exaspérés de mes petits camarades d'amphi. 

 

Et que vois-je ? Un an plus tard lorsque la formation a disparu, monsieur redonne tous ces beaux conseils dans un DVD intitulé "Tenue de classe" qu'on a refilé en guise de formation à tous les néo-titulaires. 


Sur la chaine youtube de cet utilisateur, le meilleur des vidéos de monsieur C présentes dans le DVD. CECI EST VRAI, CECI EST ENSEIGNE DANS LES IUFM. 

Ce truc là est le plus beau foutage de la gueule du monde que j'ai jamais vu. Je trouve l'ancienneformation IUFM très incomplète, mais elle avait pour avantage au moins d'être un moment privilégié de discussions avec nos pairs, avec les collègues plus expérimentés, avec les formateurs. Ca, ça n'aurait jamais du disparaître. J'ai clairement eu besoin de me retrouver "entre adultes" le vendredi pour débriefer sur tout ce qui m'avait contrariée face aux classes pendant la semaine. Ouais, on a pas appris grand chose pour tenir sa classe, mais je crois qu'il n'y a pas grand chose à apprendre en théorie. Beaucoup s'apprend sur le tas, c'est ce qu'on dit tous. Selon moi laformation rêvée serait ponctuée de stages accompagnés, avec des temps d'observations et des temps d'actions où on prendrait nous-mêmes la classe en charge. Un peu comme le stage de pratique accompagnée, mais plus long et  dans plusieurs etablissement. 

 

Alors oui, je crache sur la formation théorique que j'ai reçu, à l'heure où d'autres la pleurent, mais reconnaissons qu'elle n'était pas idéale ! J'ai eu l'impression de perdre ENORMEMENT mon temps pendant un an. J'ai eu l'impression d'être prise pour une débile. A tel point que je n'ai pas mis les pieds à la formation néo-tit. Enfin si, une fois, où lorsque j'ai posé une question, le formateur m'a dit "Bah posez-vous plutôt la question si vous êtes vraiment faite pour ça". Bien. Ca fait trois semaines que je suis dans le Neuf-Trois, et toi tu me dis ça. Merci. Adieu.

 

Le truc rassurant, c'est que malgré l'impression  que j'ai eu d'être l'OVNI de l'IUFM au milieu des petites poupées sages et parfaites, je ne suis pas la seule à être de cet avis. Que mes petites poupées bien coiffées ont aussi eu l'impression de perdre leur temps et que ce n'est pas moi seule et mon esprit de contradiction qui nous en plaignons.  


 

Commenter cet article