Les enfants terribles

Publié le par ketamine

Je parle souvent de mes élèves comme des "groupes", des "classes" contre qui il faut lutter en permanence. J'oublie parfois que ces groupes sont formés d'individus, uniques et différents les uns des autres. Je l'oublie parce que les individualités sont perdues dans une masse bruyante et agitée.

 

Une classe de 6e ordinaire genre 6e Tarzan à Jurassic Park c'est 24 élèves. 6 sont bons élèves, motivés, discrets mais efficaces. 6 sont "plantes vertes" pas très bavards, pas très doués, mais font leur petit bonhomme de scolarité sans se faire remarquer. Il en reste 12 : 9 sont pourvus de très fortes "personnalités", grandes gueules, un peu insolents, répondent, se font remarquer sans arrêt, bavardent MAIS ont des résultats à peu près honorables. Les 3 derniers sont Dylan-like, élèves démoniaques qui te tutoient dès que tu leur demande de sortir leur cahier, qui en sont à leur troisième carnet de correspondance au mois de novembre parce qu'il n'y avait plus de place pour inscrire les retards et les heures de retenues dans les deux premiers, dont tu ne peux plus voir la tronche dès le lundi matin, jusqu'au vendredi soir.

 

Ces 3 là additionnés aux 9 sont une des raisons pour lesquelles Jurassic Park c'est dur.

 

Puis parmi les 3 il y a les leaders. Ceux que je n'oublierais jamais. Ceux qui me foutent tellement la haine que je souhaite à chaque cours qu'ils soient absents. Ces gamins (qui "ne sont pas si méchants et très malheureux" gniagniagnia...) qui arrivent à vous pourrir un cours, une journée, une semaine, et même toute une année de votre vie.

 

Prenons par exemple Kévin. Celui qui s'est battu avec son père le matin du mardi de l'enfer. Kévin cet ado redoublant en 4e Shrek, rondouillard aux yeux clairs, physique de gentil, pas si bête en plus. Kévin au début de l'année était dans une autre 4e, puis lors de l'arrivée de Charles-Apollon, pour une sombre histoire d'option égyptien ancien que prenait l'un mais pas l'autre, Kévin a été changé de classe pour laisser sa place à Charlie.

Kévin a changé de classe et en a voulu à la terre entière pour ça.

 

Il a du faire quoi, une journée dans son autre classe, mais voilà c'était comme ça, par principe, on le changeait de classe, on le trahissait, alors non il allait pas y aller, jamais. Kévin a séché les cours pour faire "grève" dans la cour jusqu'en octobre. Au début ça m'a fait rire, le môme qui vient tous les matins à 8h faire son sitting au collège. Puis ça a duré, et jamais il revenait... Madame Chef-Chef a essayé le compromis, elle a eu l'intention de le remettre dans sa classe d'origine. Sauf que Kévin a été odieux. Il a refusé d'avoir une conversation normale avec elle, lui a dit qu'elle lui cassait les couilles, que la vie de sa mère il irait jamais dans cette classe et qu'il en avait marre de ce collège de merde. Madame Chef a dit "Okay. Tu restes en Shrek. C'est mon dernier mot."

 

Donc un beau matin, Kévin est arrivé en 4e Shrek. Ah ouais, c'est drôle ça aussi. L'arrivée en classe de Kévin.

Début Octobre, il est un peu plus de dix heures, j'ai cours avec la Shrek, j'ai fait l'appel, ce fameux Kévin manque toujours, je plaisante un peu : "Il est toujours en grève ?" (puis j'ai du faire une vieille vanne sur la SNCF...)

 

Puis dix minutes plus tard, Surveillante-Pas-Aimable entre dans la classe. Elle entre sans frapper, sans dire bonjour. Elle se tourne vers le couloir et dis "Allez dépêche-toi". Un élève entre, c'est Kévin. Surveillante ferme la porte.

 

C'est peut-être un peu trop demander, mais j'aurais préféré la version "Toc-toc, bonjour madame Erzébeth, je vous amène Kévin qui intègre aujourd'hui votre classe. Voilà je vous le laisse. Bon courage !"

 

En fait à ce moment-là, je n'ai pas compris QUI était cet élève et ce qu'il venait faire là et cette dinde n'a pas eu l'idée de me le dire.

 Kévin entre. Se dirige vers le fond de la classe et lance un "Casse-toi, toi" à Jennifer assise à la place qu'il avait décidé de prendre.

 

- Euh, bonjour, qui es tu ?

- Fais moi pas chier toi.

 

Bien. Wah. Je suis contente de l'avoir récupérer celui-là.

 

Dès ce cours-ci, Kévin a fait chier. Mais GRAVE. Kévin a décidé que :

 

1) c'était pas juste qu'il doive changer de classe, que tout ça c'était MA faute, celle d'EDUCATOR et celle de MADAME CHEF-CHEF. Et que pour nous "punir" il allait être chiant, me rendre "folle" et comme ça "vous écrirez des rapports et des exclusions, et ça fera chier Monsieur Educator et Madame Chef-Chef, et eux aussi ils deviendront fous" (et s'il pouvait aussi se faire exclure définitivement du collège de merde ça l'arrangerait)

 

C'est pas machiavélique comme plan ça ?

 

2) Il n'aimait pas l'école, il n'aimerait jamais, que c'est nul, ça ne sert à rien, les profs sont tous fous, que lui ce qu'il veut c'est travailler, se faire de la thune comme son oncle qui n'est jamais allé à l'école et qui peut se payer une Mercedes quand il veut. Ou qu'à la limite le cours de triangle-et-addition pourra lui servir pour compter ses sous, mais que l'Austro-hongrois c'est de la merde et qu'il n'a pas l'intention de faire quoique ce soit.

 

Ok Kévin, tu fous rien, mais au moins tu restes cool. Deal ?

 

Bah non. Kévin a décidé qu'il ferait chier un point c'est tout. Kévin en cours, c'est comment dire... Horripilant. Stressant. On a envie de lui arracher la tête pour qu'il la ferme. Il chantonne. Il se lève. Il parle TOUT SEUL A HAUTE VOIX. Il insulte les autres pour voir s'ils réagissent. Il lance des vieilles blagues toutes les deux minutes pour amuser la galerie.Et ça pendant une heure, trois heures par semaine. Il est jamais vraiment agressif avec le prof. Il négocie plus qu'il ne répond. Il n'est pas vraiment insolent. Il est juste insupportable.

 

Il attend qu'on le fasse dégager d'ici, de force, mais n'a pas vraiment le cran de faire un truc vraiment grave qui lui vaudrait le conseil de discipline. 

En ce moment Kévin est en stage de découverte professionnelle, jusqu'à lundi prochain. Je souffle un peu je vous l'avoue...

 

 

En 6e, il y a Moïse. Autrefois appelé "Kévin qui écrit sur les tables". Moïse, surnommé comme tel, parce que lui aussi écrivait sur les tables (Je remercie un ami lecteur de m'avoir soufflé l'idée de ce pseudo)

Moïse, au début j'ai cru que c'était juste un gamin un peu chiant, qui essayait de se faire gentiment remarquer en faisant des choses franchement inintéressantes. Moïse est arrivé le 15 septembre au lieu du 5. Et depuis il utilise le prétexte de son arrivée en retard pour ne rien foutre. C'est (quasiment) ce que j'ai mis sur son bulletin mot pour mot. "Je comprends pas. J'étais pas là" Sauf que depuis le 15 Septembre on a quand même un petit peu avancé, et qu'il n'a pas été absent une seule fois depuis.

 

Moïse dit qu'il ne comprend rien. J'ai bien cherché à lui faire comprendre au début. J'ai pris du temps pour lui expliquer les choses. Visiblement il n'avait pas fait d'Austro-hongrois au primaire, mais c'était pas si grave, d'autres dans la classe était comme lui. Sauf qu'il a refusé. Malgré mon aide et ma patience, il a refusé de s'y mettre, de faire un effort, d'accorder un peu d'intérêt à la matière. Le problème c'est que Moïse s'est retrouvé en 6e Tarzan, qui sont, disons-le, plutôt chiants, mais EXCELLENTS. La moyenne de la classe est de 15,1 ce trimestre. Jamais vu ça. Le gros du boulot avec les Tarzan c'est de les faire entrer dans le calme et s'asseoir correctement sur une chaise, sans qu'ils ne mettent les pieds sur la table, sans qu'ils n'escaladent la fenêtre. Et ça même avec une classe qui a un bon niveau c'est crevant, ça pompe toute mon énergie, et j'ai le regret de me rendre compte que les largués comme Moïse, je n'ai pas le temps de beaucoup m'en occuper.

 

Moïse lui, est totalement intégré au foutage de bordel, mais pas du tout au boulot. Et pour tromper l'ennui il fait des conneries. Il écrit sur les tables, il se lève, il crie par la fenêtre pour discuter avec un 5e Arkham qui a cours de Ballon dans la cour, il arrive en retard, il n'a jamais ses affaires, il passe son temps à bavarder, à distraire tout le monde, à balancer des stylos à travers la classe.

 

Et depuis quelques jours Moïse se moque de moi. C'est hyper dur, vraiment. Dès que je lui fais une remarque "S'il te plait une chaise c'est pas fait pour être debout à cloche-pied dessus" "Moïse pourrais-tu lacher les cheveux (et extensions) de Jennifer ?" Il ricane. Il tourne la tête pour s'assurer que d'autres personne ont la même réaction. Il lève les yeux au ciel. Il ricane. 

 

Tout le long du cours il affiche un sourire moqueur. Vas-y ma vieille tu peux toujours dire ce que tu veux. Je m'en fous comme de l'an 40. 

 

Ca m'énerve. Mais à un point. Lui clairement, je peux plus le voir, et pourtant il est toujours là. Il revient jour après jour. Il n'est jamais malade, jamais absent... 

 

 

Et aujourd'hui Moïse dans toute sa splendeur. Il est arrivé en retard, la porte était déja fermée, un de mes élèves avait tourné le verrou sans mon autorisation pour "empêcher ceux qui errent dans le couloir d'ouvrir la porte". Je ne m'en suis pas rendue compte. Et quand j'ai voulu sortir, je n'ai pas réussi à ouvrir la porte. On s'est retrouvés COINCES dans la salle 666, toute la classe de 6e Tarzan et moi. Ce petit c...de Moïse avait réussi à coincer la serrure en bloquant un chewing-gum à l'intérieur ! 

 

Bon, on a réussi à s'échapper en passant par la salle d'Indochinois. Et à retirer le chewing-gum avec une clé, mais le flip quoi ! 

 

Moïse c'est le gamin tête à claque par excellence. Qui se complait dans ses conneries, ne respectent rien ni personne, ne dis jamais bonjour ou excusez-moi ou merci. Une espèce de petit roi macho  croit dominer le monde et les adultes du haut de ses onze ans. 

 

Je lui en veux parce qu'à cause de lui je dois avouer que je peux détester un élève. Que je ne veux même pas savoir que ce n'est "qu'un enfant"... Un enfant horrible oui.

 

 

Quand on fouille un peu dans la vie privée de Kévin et Moïse, alors oui évidemment on trouve du bordel, de la violence, un contexte familial à se tirer une balle dans la tête. Mais que faire ? Ils sont là au milieu des autres, on ne peut pas leur accorder beaucoup plus de temps et d'attention que les autres, et même si c'était possible, je ne suis même pas sûre que j'en aurais envie...

Publié dans école

Commenter cet article