mutations suite (et fin ?)

Publié le par ketamine

"Vous êtes hors-barème, on ne peut plus rien pour vous, merci, au revoir."

 

En gros c'était ça.

 

Je n'ai pas mis longtemps pour rencontrer quelqu'un ce matin au rectorat. Arrivée à 8h50, j'étais dans le bureau cinq minutes plus tard. J'ai tenu bon, j'ai posé clairement toutes les questions que j'ai voulu. Mais à chaque fois ça s'est soldé par "on ne peut rien". Mes arguments n'y ont rien fait, les barèmes ce sont les barèmes.

 

Quand j'ai été envoyée à Jurassic Park, j'ai sagement attendu d'avoir des points. Deux ans. Je savais qu'un an serait insuffisant, mais deux ans, ça me paraissait bien, parce que :

 

- L'année où j'ai passé le concours je suis allée faire un stage d'observation dans un lycée, à cinq minutes de chez moi. La prof avait 25 ou 26 ans, et son parcours m'a fait rêver : Concours plutôt bien classée (comme moi) - Stage dans un petit village du département pas trop loin de Petite-Ville-de-province - Région parisienne pendant UN AN - Retour dans l'académie de Petite-Ville-de-Province avec POSTE FIXE EN LYCEE en plein centre ville de Petite-Ville.

 

- L'année d'après je faisais mon stage à La Petite Maison dans La Prairie à St-Farfadet. Une de mes covoitureurs était une jeune prof de cubes. Elle venait d'être nouvellement nommée TZR sur une zone un peu éloignée de Petite-Ville, mais avec un poste à l'année dans ce collège. Pas de complément de service, pas de remplacements. Elle aussi n'avait passé qu'un an en région parisienne.

 

- L'année où je suis partie à Jurassic Park. J'étais la seule ou presque, sur un groupe d'une vingtaine de stagiaires nouvellement titularisés à partir aussi loin. La plupart avait obtenu l'académie de Petite-Ville, ou des académies limitrophes. Ils étaient plus où moins tous mariés/pacsés/avec enfants, et avaient tous plus de 25 ans. J'en avais tout juste 23. L'académie à l'époque "coûtaient" une centaine de points, même moins, et il en fallait aussi très peu (autour de 80) pour rester dans Petite-Ville.

 

Pour moi avec tous mes points durement accumulés, c'était clair que cette année serait la mienne. Que je rentrerais et obtiendrais un poste de rêve à 10 minutes de chez moi. C'était sans penser aux écarts énormes de barèmes qu'il peut y avoir  d'une année sur l'autre. Cette année, il m'en a fallu plus de 300 pour revenir, et être TZR sur une des trois zones englobant la ville coûtaient plus de 500 points. 

 

Mais évidemment, ça on ne peut pas le savoir à l'avance. On ne connait les barèmes qu'à la fin du mouvement. 

 

Pas de situation d'urgence, pas de points, aucune raison de me rapprocher en priorité. Pas de négociation d'affectation provisoire possible.

Au final je me retrouve dans une situation encore PLUS pénible que si j'étais restée un an de plus à Jurassic Park. Je ne pensais pas que ça pouvait arriver.

 

En fait j'aurais pu faire tous les voeux possibles et imaginables, je n'aurais pas eu assez pour la zone géographique "très limitée", qu'ils m'ont dit. Point. 

 

Désolée de demander une zone très limitée. Moi je veux être chez moi. C'est tout. 

 

Voilà, depuis ce matin j'ai les idées plus embrouillées que jamais. Je ne vois aucune issue de secours. Je ne sais pas quoi faire. Boyfriend me fait comprendre qu'il ne supportera pas une année de séparation supplémentaire. Et moi je ne vois aucun intérêt à tenir un an de plus, si c'est vraiment TOUTE SEULE. Même plus à Paris où j'ai des amis.

 

J'aurais jamais du demander une mutation aussi tôt. Mais avec l'année que j'ai passé, je n'avais pas beaucoup d'autre choix.

 

Putain, j'y ai cru. Vraiment. 

 


 

 

Commenter cet article

devenir enseignant 11/10/2012 19:38

Je vous de découvrir votre blog et je le trouve vraiment intéressant. J'apprécie votre plume, je dois dire ;) Bonne continuation!

Thomas 23/06/2012 20:17

Bonjour Erzébeth.

Navré de lire ce qui vous arrive.
Si ça peut vous rassurer (j'en doute) ça devient courant comme situation. J'ai personnellement passé 5 ans, non pas à Jurassic Park mais dans les Terres désolées du Mordor (honnêtement ça doit se
valoir) avant d'avoir ma mutation pour cassoulet land. Tous les entrants de ma discipline (formateur de futurs apothicaires) se sont retrouvés TZR et c'était pareil pour l'académie des canelés. Et
TZR à Pétaouchnok avec aucune perspective de mutation pour 12 à 15 ans. Je pensais avoir purgé ma peine pendant 5 ans, je me trompais, elle débutait.
Je me suis évadé et suis revenu au Mordor pour la peine. J'ai la "chance" de n'avoir personne qui m'attend.

Je ne peux que vous souhaiter bon courage et vous conseiller d'intégrer les "forces spéciales" (aussi connues sous le nom de postes ECLAIR), je sais ce n'est pas très motivant mais ça marche.

Thomas

maxime 22/06/2012 10:48

Salut, Erzébeth, as-tu pensé au médiateur (-trice) de l’Éducation nationale? En exposant ton problème, peut-être pourra-t-il (elle) faire quelque chose...

Courage à toi!

Tsiporah 20/06/2012 19:21

Des pensées douces et à la vanille.

krysalia 19/06/2012 21:44

comme je te disais sur twitter, je compatis parce que la machine à broyer je la trouve vraiment dégueulasse :/...

Comme solutions, je pense que tu as différents choix, qui dépendent de points centraux : rester dans l'EN ou pas, déjà.

en restant dans l'EN, tu as le choix
- d'accepter ton affectation (tu veux pas je sais, mais c'est un des choix)
- d'effectuer tous les recours, demande d'affectation provisoire etc, leur faire constater que tu ne peux te rendre au travail (mais gare à l'abandon de poste !).
- demander une mise en disponibilité et re-tenter la loterie l'année prochaine
- te mettre en arrêt maladie de longue durée. le souci de cette demande d'arrêt c'est qu'elle aura moins de force une fois mutée ailleurs que si tu l'avais faite avant. mais bon je ne pense pas que
les psys de l'EN soient vraiment hostiles, surtout vu les évènements maousse de l'année dernière.

si tu veux rester dans l'enseignement secondaire mais privé :
-candidater dans des établissements privés pour faire des remplacements et repasser le concours. après une mise en disponibilité par exemple. Essayer de gagner à ta cause un directeur
d'établissement privé et de voir s'il a moyen de moyenner avec le rectorat (sans garanties :/).

après tu as une possiblité flippante mais qui t'apporterait un max d'autonomie de décision avec de grosses reponsabilités : monter ta propre boîte.
y'a plein d'entreprises qui ont des besoins de formation en anglais. Des tas d'élèves aussi de la sixième à la fac. tu peux faire des cours et en même temps engager des collègues, soit en
itinérance dans les entreprises et chez les élèves, soit avec un local en location que tu aménage vite fait en espaces de cours individuels.
l'intérêt : peu de frais, totale autonomie, totale décision de où tu travailles, comment et quand. Le souci : des heures à n'en plus finir, énormément de paperasserie et de compta...

un compromis entre toutes ces solutions serait de candidater dans un organisme de formation ou dans le supérieur. j'ai une amie qui a fait ça, après deux ou trois ans au maroc dans le secondaire,
elle a fait prof d'IUT, engagée sur entretien d'embauche. Elle enseigne le français (littérature et FLE), et elle était plutôt contente de ce changement.

Il y a surement d'autres possibilités vu ton cursus, tes goûts, et ce qui est possible vers Clermont, là comme ça elles ne me viennent pas mais elles existent sûrement.

bon courage, en espérant que rien de tout ça ne soit nécessaire parce que quelqu'un au rectorat va se réveiller un peu :/...